• Vie ô

     

     

    Vie ô

     

    Cette pluie de lumière

    Sur ces arcs romans

    grisés de fins lichens

    Comme pour conjurer

    ce temps qui assassine

     

    La blancheur des pavés

     

    Cette fleur minuscule

    Qui s’élance et s’élève

    En un souffle de sève

    Avant de se faner

    sur le doux monticule

     

    de feuilles assemblées

     

    Telles les barreaux de fer,

    rongés et abîmés,

    les  pousses fines et fières

    défient l’éternité

    Sans jamais présumer

     

    De son emprise altière

     

                              Lillycorne

     

    « Ô tempsSlam à Harry »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :